Skip to content

Datavisualizing the Music Industry options

October 28, 2012
by

beatles

If we were all smart and PhD gifted, we would not probably need anything like visual representations. Most would directly read data-sheets and avoid anything that is about analogical. But sadely we are human beings, mostly sensitive as we need colors, shapes, 3D simulations to get to understand tricky things. But the good news is that we have now developed a very strong visual language that allows us to explain things that were left to specialists only decades ago.

Think for instance about the concept of the Long Tail -Chris Anderson patented- : it represents a logaritmical and sometime infinite chain of numbers. It is commonly applicable in many businesses while now summarised in two words ; and anyone saying “we can clearly see there the Long tail effect”  usually gets a nodding audience in return.

Let us do a fact-prof trial with the music industry prospective. It is generally a subject whereas foreseeing is difficult given the uncertainty of the piracy issue and several other landmark changes (distribution, marketing, etc.). During years, I had a very hard time to explain the different scenarii at stake to all kind of audiences, until I designed these three little visuals.

The first thing I had some difficulties to explain is that the music experience was not really improving. It was really uneasy until I created this quite simple scheme.

People started to see what I was meaning. They compared quickly the different music experiences (and size of the boxes) and came to agree with me. The best music experience was indeed the earliest one…  That is not obvious when you think mp3, internet delivery, but when you consider the core of the musical experience, that may not be completely untrue.

Then I wanted to explain the music future scenarii as their are the most commonly defined in Europe… and depending of who tales what, it changes a lot. It is a real long tail story and… I dealt with it by doing some long tail drawings.

The first dash is basically describing the market as it has been structured over the past 100 years or so. A clear dominance of the 6, then 5, now 4 and maybe soon 3 majors records. A situation that was still very unchallenged until now as last year for instance, there were 46 of the 28 titles hitting the chart belonging to the Major records…

But everybody in the industry know that it is about to change. This being said, it is still very unclear on how, when, and what will come out of the change…

.

And indeed there are several scenarii at play. One of these is championed by the RIAA… this powerful body that represent the Major records in the US.

It is based on the idea that they will manage to overcome the crisis and that ultimately the music world won’t change so much apart the shrinking that affects all. This scenario is highly challenged. Foretelling such model would mean that the piracy’s enforcement would be so tough that it would end-up harming the 1st amendment. Something that few are really advocating for. Even the RIAA has understood that this project is sank by the advocates of a free internet… which obviously are quite numerous in the US.

On that precise side, comes the Libertarians. People that basically think that it is against the natural curse of things to try to keep people paying for the music. Music is accessible so easily for free on the Internet, that it should become as such.
Anyone who wants to sponsor the music is welcome to do so, but the notion of paying for some music content shall pass.When challenged about the way artists make their living, they thing that the Live performance should be the only clear option. Given that the live contributes to only one fifth in average to the musicians’ revenue… this scenario is not really the brightest for the industry… But there are lot of peoples advocating for it, especially in France, The 3rd biggest country for what regards music  piracy.

But the right scenario might be elsewhere… new players have already significantly altered the business model of the music industry -TuneCore, CDBaby and alike have created a brand new category… Therefore it is not impossible that the emerging model may look like the one of this new scheme. Even though this music scenario might not happen tomorrow, it is highly probable that it is already at play . sereveral researches (among which an analysis made by Chris Anderson himself) have proven that the music market size is already growing again, thanks to the limitless number of unknown small bands that benefit from the fact that the distribution costs of music is now down to zero.

Before that these four graphical were created, I had really some tough time explaning these four scenarii.

Let us now try to see if these prospects are in line with the consumer’s mood… To this extend, we have made some interesting research, interviewing two groups of music consumers (i) 13/14 years old yougsters from a Paris school and (ii) Some French grown up “bobos” on their 40s.

We first tried to value the emotional potential of different type of contents (including the Internet). Is is something that bring you lot of emotion was the main question. Then we asked them to split a 100 euros budgets on each of these type of content. Both are the variable represented in the following images.

Outcomes are really surprising as, on both groups, there is a clear gap between the emotional value and the price they would be ready to spend for each of these categories.

As we can see teenagers are not valuing the music very much although they see it as a key source of emotion. As for HD movies, there is a clear indication that the habit of free download has changed the perception of real value. It is interesting as well to see that texts are considered as important emotionally speaking although they consider that their pricing is too high. It is funny too to notice that girls don’t see the same value in Gaming than boys.

And for what regards adults, it seems that they are more inclined to pay for music while they are not ready to pay as much as teenagers for videogames… They see a lot of -practical- value in the Internet and in the mobile Text but don’t perceive much emotional value in these media…

From that small note, it seems obvious to come to a a first conclusion : the music industry is in trouble and the game changer hasn’t been invented/discovered yet. But datavis helps to understand where it hurts…

Datawar: Power to marketing directors

December 2, 2011
by

It has been a long long time since we last posted about our product development. A lot of people have been questioning us to know where we stand as a company.

Actually it is pretty good to see that things have been moving steadily the past two quarters. First we have considerably increased our team size. From 3 people at the beginning of the year, we are now almost twenty. It is fair to say that most of these people are product dev. team, as we have a huge product challenge to deal with. As you may know, what we intend to do is a strange alchemy of big data, interactive design and data-visualization. Technically speaking, it means HTML 5, Hadoop backed-end solution plus a touch of SQL Server in between. In conceptual terms, BigData, OpenData, Datavisualization + friendliness are our key Mantras (we recitate that every morning). No need to say that that this gathering of concepts seems just wired to anyone who has some experience in the Business Intelligence field.

On another front, we have just started to build up a Sales team, led by François Dechabannes (he sounds very French but he is aslo American, and had some business experience over there). He has the huge responsibility to define our price-point as well as our marketing toolkits.

So the news is that the Product should be released as an initial public version by January 2012 and from what we can test at the stage, it really rocks like nothing we know. Also we might do a significant announcement in the meantime as well : but is is mostly on our partner call so we will communicate later on regarding that.
But the most important is probably somewhere else : we have been really stunned to see that what we have been saying since almost two years is now a reality. DataSynchronisation is about to become hype (it doesn’t come in the Wired hype index yet though) as most companies are starting to realize that they have lost ground with their data ; therefore, the notion of BigData is becoming increasingly a key topic for them.

In all of the conferences that we attended on the topic, we have seen that most companies admit that their have huge difficulties to manage their data. Privately they confesse that the most common request (compare the price on two items, one from the company another from a competitor) doesn’t get answered easily from their ERP or IT systems. Handling data -visualizing it- in itself is an issue, but handling bigdata has become a simple nightmare, especially for big corporation as it is commonly admitted that a large fortune 500 company generally creates several Petabytes of data every… day.

Reversely, being able to use these data is the way to give back to innovation and marketing the control of companies. If you could visualise exactly what is at stake, you would most certainly take the right decision ; but until marketing directors are able to do it, their are condemned to rely on some sort of “magic thinking management” which is more of a mystic than a rational decision process. This explain probably why Marketing Director is the position with the highest turnover of all types ; in average, this type of position is renewed every…. 18 Months.

This is why we truly believe in our approach: making things simple in a complexe data world. Our product is just about to be released and people will be able to experience in no time whether it is pure fluff or real breakthrough. On that side, we are more inclined to believe in the 2nd affirmation…

Levée de fonds avec Isource : explication de texte

August 1, 2011
by

Captain vient donc de lever un peu d’argent avec le fond français Isource… Le communiqué officiel est à la fin de ces quelques notes ; mais au delà de la prose officielle, il semble intéressant d’expliquer un peu plus la démarche de la société.

CaptainDash a été fondé en décembre 2009 : il y a donc un peu plus d’un an et demi. Ses fondateurs -Bruno Walther et Gilles Babinet- ont eu dès l’origine la conviction que la notion de Données restait une frontière encore difficile à franchir : en d’autres termes, le traitement de texte à révolutionné la façon dont on écrit, tandis qu’excel n’a fait que faciliter la façon dont on utilise les données : ça reste rébarbatif à traiter. personne n’envisage de s’amuser en passant une demi-heure sur Excel. La conviction des fondateurs de CaptainDash, c’est que cette barrière pouvait être cassé, en permettant aux gens de manipuler les données avec simplicité, (d’un drag and drop) et en mettant en oeuvre des technologies qui permettent d’agréger toutes sources de données  (météo, données privés, ERP, données financières) d’où qu’elles viennent et quelles que soient leurs tailles.

Ces mêmes fondateurs ont donc créé CaptainDash et ont fait les investissements permettant de financer les premiers développements de la société. Au début, la définition du produit a été surtout dévolue à Bruno. Rapidement cependant Yannick Ruby, staticticien de formation, a rejoint la société ; on peut d’ailleurs de fait le considérer comme le troisième fondateur tant il a accepté de prendre le risque se lier à une société dont l’avenir, sans produit ni fonds propres conséquents, restait incertain.

Le produit a rapidement pris forme ; des démonstrateurs -assez buggés au début, il faut le reconnaitre- sont sortis du garage et nombres de brandstorms assez passionnés se sont tenus dans des cafés pour parvenir à définir exactement ce que le produit CaptainDash devait faire. De très nombreuses visites chez de grandes prospects ont également permis de valider les intuitions des uns et des autres ; ces visites ont finalement fait plus que de valider le produit. Elles ont prouvé que CaptainDash disposait d’un immense potentiel : depuis le début, une petite cinquantaine de sociétés ont été rencontrées. Une seule n’a pas manifesté d’intérêt pour CaptainDash et nombreuses furent celles dont les dirigeants déclarèrent que CaptainDash résolvait un des problèmes stratégique les plus importants du moment.

Ce problème est assez simple. Il s’agit de faire en sorte que l’on puisse, sur une interface unique, rapprocher toutes les données les plus importantes de l’entreprises : les ventes certes, mais aussi la pression publicitaire, la marge, les caractéristiques permanentes ou changeantes des consommateurs, les paramètres extérieur (trafic routier, météo, etc), tout ceci afin de chercher à comprendre ce qui impacte les ventes à un instant T.

Dès lors, CaptainDash, n’était plus une petite idée que l’on développe dans un garage. Il devenait important d’accélérer rapidement. Il fut alors décider de rencontrer quelques fonds d’investissements, ce qui fut fait. Il faut avouer que l’accueil a là été différent ; très peu d’entre eux disposent d’une culture des ERP et de la Business Intelligence. Et c’est finalement avec Isource -un fond créé à la fin des années 90- que le message est le mieux passé. Plusieurs des partners du fond avaient clairement compris quel était le biais stratégique que résolvait CaptainDash.

Notre parti pris a été de continuer de développer CaptainDash comme nous l’avions commencé : en nous concentrant exclusivement sur le produit. Nous avons optimisé nos moyens de développement de sorte à ce que notre produit puisse répondre rapidement de façon impeccable aux 5 ou 6 fonctions les plus réclamées par nos prospects. Notre objectif étant de sortir un produit qui soit très facile à implémenter, sans intégration, très compatible avec l’ensemble des formats de données,  et dont le mode de propagation soit dans l’esprit de ce que qu’a fait SalesForce aux USA.

C’est donc ce que nous avons présenté à Isource : en complément nous avons décrit un business plan qui prévoit de rejoindre le break even d’ici 18 à 24 mois, sans fonds propres additionnels.

Pour ce faire, la société devrait recruter une petite vingtaine de collaborateurs. une dizaine en Tunisie où se développeront les aspects fonctionnels du produit (front end, ergonomie, ETL…) et une autre dizaine en France, pour les aspects plus “couches basses”, l’algorithmie, et les modes de représentation graphiques et cartographiques évolués. La société devrait par ailleurs mettre en place une petite équipe marketing / ventes et gestion de projet, et ceci dès le quatrième trimestre de cette année.

Il reste donc un peu de travail, mais effectué avec un plan de marche plutôt clair. Objectif : avoir 4 clients fortune 500 d’ici la fin de l’année en mode déploiement et lancer la plateforme permettant d’être en mode très scalable également à la fin de cette année.

Le communiqué de presse :

Captain Dash réalise sa levée de fond avec iSource

Captain Dash, spécialiste dans les outils décisionnels pour le marketing, a gagné la confiance d’iSource, qui entre de façon minoritaire à son capital.

Paris, 27 Juin 2011 –

 

Captain Dash, société spécialisée dans la synchronisation marketing et la production de tableaux de bord dynamiques et intuitifs annonce la clôture de sa première levée de fonds, réalisé auprès de la société de capital-risque Isource.

Cet investissement donne à Captain Dash des moyens suffisants pour réaliser l’ensemble de son programme R&D et son expansion commerciale, jusqu’à atteindre l’équilibre de ses comptes, prévu d’ici 24 mois.

Créée en 2010, par Bruno Walther et Gilles Babinet, Captain Dash repose sur une vision simple: la démultiplication des canaux de communication, l’internet social et l’insensibilisation du consommateur aux messages des marques rendent les modèles traditionnelles d’analyse de la performance marketing obsolètes. La maxime de John Wanamaker –un annonceur du XIXème siècle- est plus que jamais valable aujourd’hui : « half the money I spend is wasted, the trouble is, I don’t know which half ».

Captain Dash propose donc une solution de rupture , en mode SAS, qui permet de synchroniser et de visualiser très simplement, à l’aide de modules de datavisualisation, l’ensemble des données, qui impactent le comportement d’achat qu’elles soient internes à l’entreprise ou totalement externes. Pour la première fois, les annonceurs peuvent utiliser ensemble, la puissance des données issues des outils de l’entreprise (ERP, BI,…), de l’internet social (Google, twitter, facebook, …) et des données exogènes provenant de l’opendata (météo, facteurs sociaux économiques, …) pour comprendre, à l’aide d’une interface conviviale et intuitive, ce qui impacte réellement leur développement économique.

Dans le domaine de la distribution en point de vente, cette synchronisation trouve plus encore sa justification, permettant de comparer (i) des données de ventes (quels sont les produits qui sortent du magasin) (ii) des facteurs de trafic, en magasin et à l’extérieur du magasin (iii) des facteurs concurrentiels, (prix des concurrents, trafic des concurrents) ; et de réagir en conséquence ; rendant ainsi fausse l’affirmation de Mr. Wanamaker.

CaptainDash se positionne comme un acteur vertical, appliqué à la fonction marketing dans le retail, dans le domaine du Dashboard 2.0. En d’autres termes, elle souhaite offrir une solution à haute performance aux fonctions qui engagent les budgets marketing dans le monde de la distribution.

Captain Dash fait partie du programme BizSparkOne qui accompagne les 100 startups dans le monde que Microsoft considère comme les plus innovantes[1].

iSource, avait identifié Captain dash depuis sa création. C’est tout naturellement qu’elle à choisit d’accompagner cette société dans sa volonté de transformer le monde de l’analyse marketing.

François Letourneur, Partner chez I-Source déclare : « Nous pensons que Captain Dash fournit une solution à très fort potentiel, qui répond à un réel besoin des directions marketing. Le produit est extrêmement séduisant et l’équipe fondatrice, forte de sa connaissance du secteur, peut jouer un rôle de premier plan sur le nouvel échiquier de l’Open Data / Big Data».

«Cette levée de fonds est une étape importante pour Captain Dash, nous sommes particulièrement fiers de bénéficier de l’experience d’un des rares fond français qui accompagne les startups de leurs créations à l’introduction sur le Nasdaq», ajoute Bruno WALTHER, co-fondateur et Directeur Général de Captain Dash. «iSource à reconnu la présence de deux éléments clés dans notre entreprise : un produit particulièrement innovant et puissant et un marché porteur, la business intelligence, qui est à l’aube d’une révolution »

 

A propos d’iSource

iSource est une société de gestion dédiée au financement et au développement de sociétés à fort potentiel de croissance dans les Technologies de l’Information et de la Communication, issues de la recherche publique ou privée. Avec plus de 70 investissements au cours des 10 dernières années, 10 fonds et 185 millions d’euros sous gestion, iSource couvre les domaines suivants : Corporate software, Technologies de contenu et multimédia, Saas, Internet, Systèmes de communication, Systèmes embarqués, Services Managés,  Eco-Technologies, et services associés. L’équipe de gestion associe une large expertise du capital investissement et une expérience opérationnelle étendue (management, gestion de projets technologiques, marketing, vente).

Contact presse :

 

Captain Dash

+336 402127 14

press@captainDash.com

iSource

+33 1 45 01 46 46

presse@isourcegestion.fr

www.isourcevc.com


L’« open data » français a besoin de vision politique

July 21, 2011
by

Le phénomène désormais mondial d’« open data » fait, depuis quelques semaines une entrée en fanfare dans le débat public. Il se situe en bonne place des volets Internet des programmes politiques qu’ont publié à quelques jours d’écart l’UMP et le PS. Ce dernier appelle de ses voeux une « mise à disposition progressive, gratuite [et très large] des données publiques », tandis que l’UMP souhaite « rendre accessible gratuitement, réutilisable, pour tous les citoyens l’ensemble des données publiques ».

On peut donc saluer la volonté partagée de ces partis de créer une société plus transparente. Mais le vrai débat qui se dessine derrière ces intentions n’a pas été abordé : il porte un potentiel de réforme si profond qu’il est naïf de penser qu’il puisse se réduire à une volonté de mise en ligne de l’ensemble des données dont dispose l’Etat et ses dépendances.

En réalité, l’« open data » est un enjeu politique. A travers lui se dessinent différents modèles de société.

Souhaite-t-on, par exemple, mettre en ligne la performance éducative individuelle des professeurs des écoles ? Cette idée, que le ministre de l’Education a récemment remise au goût du jour, s’attaque évidemment à un tabou.

A l’opposé, pourquoi n’envisage-t-on pas de mettre en ligne l’ensemble des subventions reçues par telle ou telle entreprise ? Leur historique en matière de licenciement ? Leur pression fiscale ? On peut être certain que sur ces sujets, beaucoup de voix s’élèveraient contre la transparence.

On pourrait étendre très largement les idées à forte charge polémique, liées à l’« open data » : la mise en ligne de toutes les notes de frais et avantages de chaque élu de la nation, la sécurité publique au niveau local, la qualité des prestations des services de santé, etc.

Il ne faut pas être devin pour comprendre que cela ne va pas aller de soi et nécessitera un débat de fond. Et il est important que ce débat ait lieu, car dans notre société épuisée par ses contradictions, la « data gov » est l’un des meilleurs outils pour lutter contre le populisme, et pour réformer un certain nombre de dysfonctionnements. Pour ce faire, notre politique en matière de « data gov » ne doit pas aboutir à la création d’un nouvel outil de répression, mais bien à un système qui accompagne la réforme en faisant émerger les meilleures pratiques.

On a vu combien, lors de la toute récente réforme des retraites, il fut impossible d’éviter une politisation – une guerre de tranchée plutôt -d’un débat qui nous concerne pourtant tous. Cela fut d’autant plus aisé que les chiffres précis et argumentés n’ont été laissés qu’aux spécialistes. Aucune initiative, aucun site Web n’a été mis en place pour résumer, graphiques à l’appui, les propositions des différents partis et leurs conséquences sur la retraite de nos concitoyens. La « data gov », bien pensée, est un outil fantastique pour accompagner les grands débats de société.

Ce dont nous avons besoin, donc, c’est d’une vision politique en la matière. Notre pays est souvent fasciné par le président Obama : l’une de ses prouesses est d’avoir considérablement rapproché les Américains de l’Etat fédéral en ayant massivement recours à Internet pour solliciter leurs avis (il a ainsi gagné les élections) et en instituant la « data gov » comme une priorité nationale.

BizSpark One

June 25, 2011
by

There has been lot of news recently for CaptainDash… While we have been rushing to finalise the V1 of our offering, our partnership with Microsoft has strengten pretty well. Initially we got a BizSpark Agreement, which means that we counted among the companies that Microsoft supports and services. In France, we counted among a bunch of several dozen of startups that works closely with MS, accessing support, software, help for busdev, and so on. But recently we have perceived that MS was willing to go further. We got several visits from US executives and we had the feeling that any of our moves was closely followed by MS. Finally we got the news only a few days ago : we have been elected for the BizPark One program !

While BizPark is a good thing, BizPark One is truly different. It is reserved to the top 100 most promising companies in the world, according to Microsoft. Being part of the program means that you get a lot of help from them and it is also an acknowledgment of our strategy. It means that we will be even more in the US than before and probably also all around the globe… Sure it goes along with the fact that we use a big deal of MS software offering, but so many startups do this that it is not only the only reason. To give you an idea, Kobojo and Talentsoft are the only other French startups part of the BS One program (in our view Criteo is no longer a French company…). Even more : there are 35,000 startups queuing in the basic BizSpark programme…

We are really proud of being chosen by MS to be part of the BizSpark One program, and stay tuned… we will make a few big announcements in the next coming days and weeks.

Tunisie : après la révolution, le temps du développement

May 15, 2011
by

 2011, pour le monde arabe ressemble chaque semaine plus à 1989, année qui a vu le bloc communiste s’effondrer, pour laisser émerger des démocraties … Bien qu’il existe malheureusement quelques différences avec 89, comme la violence en Syrie, l’évolution semble comme alors structurellement irréversible.

Il convient cependant de se souvenir que pour les pays de l’Est, les temps qui suivirent immédiatement la révolution n’ont par été particulièrement faciles ; pendant des années, des millions de personnes ont longtemps regretté l’ère socialiste qui, même si elle ne leur donnait pas toute la liberté, du moins offrait un bon niveau de sécurité sociale, d’éducation et, même s’ils n’étaient pas extrêmement importants, des revenus décents.

C’est par ailleurs un fait que les démocraties deviennent beaucoup plus saines lorsqu’il sont suivies aussi rapidement que possible par des emplois et la croissance durable. Tout comme inversement, la pauvreté et le chômage nourissent les populismes, l’extrémisme, et conduisent parfois au chaos.

C’est pourquoi en Tunisie, il doit y avoir une prochaine étape et cette étape est très susceptibles de se nommer “Services Informatiques”. Pour tous ceux qui ont essayé de travailler dans ce pays -comme Bruno Walther, partenaire fondateur de CaptainDash- la Tunisie représentait alors un pays particulièrement remarquable. Il s’y trouvait un personnel qualifié désireux d’apprendre, ouvert au monde extérieur et motivé. Mais une corruption endémique écrétait toute possibilité de développement dès que l’entreprise avait atteint un certain niveau de succès. En 2005, Bruno a dû fermer son entreprise, licenciant les 50 salariés qu’elle employait.

Ces pratiques de l’ère Ben Ali sont à présent révolues. Bruno s’est rendu en Tunisie récemment et a été encore plus surpris par le savoir-faire de ses ingénieurs et de programmeurs que sept ans auparavant.

Si nous, français, pensons réellement que nous avons une histoire commune avec ce pays, si nous croyons que nous pouvons aider l’affermissement des principes démocratiques qui semblent caractériser cette nouvelle ère, il est temps d’aider la Tunisie.

Tout ceci aurait beaucoup de sens : la France est un pays particulièrement performant dans le domaine des services informatiques, tandis que Tunisie dispose certainement de la meilleure main-d’œuvre dans ce domaine de tous les pays méditerranéens, et même au-delà.

Certains pourraient s’indigner et observer qu’abandonner des taches à forte valeur ajoutée à un pays à bas coûts est tout simplement stupide, alors que la France connaît déjà un niveau élevé de chômage. Cet argument n’est tout simplement pas valable : dans le processus de développement de tout système informatique complexe, il existe déjà une scission entre les parties stratégique et le codage des œuvres de moindre valeur, qui sont déjà sous-traités en Inde ou ailleurs.

Il serait de loin préférable d’organiser ce processus avec un pays avec lequel nous partageons une langue commune, beaucoup d’histoire, et qui a déjà une forte communauté dans notre propre pays. Après un certain temps les synergies ne pourraient avoir que des répercutions positives, à l’instar de ce que nous avons connu avec la zone de libre échange européenne.

C’est aussi un enseignement dont il faut se souvenir de la révolution de 1989: les allemands, alors leaders dans les biens d’équipements (machine-outils…) ont compris que faire équipe avec la République tchèque, la Hongrie, la Pologne serait un puissant moyen de contrer l’offensive des pays à faible coût, de l’Extrême-Orient. Ce partage de la valeur est l’un des principaux facteurs du succès inouï que rencontre l’Allemagne d’aujourd’hui ; aux allemands, les parties les plus technologiques, nécessitant un savoir faire très pointu, aux pays de l’ex-bloc soviétique, les parties moins stratégiques, que ceux-ci produisent à moindre coût.

Pour réussir ce pari, il est important que les diplômes disposent d’une équivalence sans équivoque. Les modalités de visa, pour étudier ou pour travailler dans le monde numérique, doivent être largement assouplies -les entreprises pourraient par exemple disposer d’un agréément leur permettant de faciliter l’attribution de visa aux équipes travaillant dans leurs girons.

On conçoit aisément que l’on en est loin ; reste qu’il y a un certain paradoxe à admirer le modèle allemand en ignorant les aspects de celui-ci qui, à l’époque, ont nécessité un peu de courage politique.

CaptainDash S’installe en Tunisie

CaptainDash est heureux d’annoncer qu’elle installera son developpement IT en Tunisie. Dès 1er Juin, nous aurons une equipe de plus de 10 personnes sur place (voir deux posts ci-après). Nous espérons qu’ainsi nous pourrons amener notre pierre dans la refondation de ce pays. 

* CapGemini, Steria, Thales, Bull Cegid et beaucoup plus …

CaptainDash Settles in Tunisia

May 15, 2011
by

 There needs to be a next step, and for Tunisia, it is IT Services.

 2011, is looking more and more similar to 1989, the year that saw all the communists –and dictatorial- countries turning into democracies… Although there are sadly some differences with 89, such as the violence occurring in Syria, the shift seems structuraly quite irreversible.

 For Eastern countries, the times that immediately followed the revolution weren’t that easy ; and during years, millions of people have long mourned the former socialist-era which, even though it didn’t give them any freedom, at least brought them a good level of social security, education and, if not gigantic, decent  enough revenues.

 In general, democracies become lot healthier when followed as fast as possible with wealth, jobs and sustainable growth ; and reversely, poorness and unemployment nourish despair, resent, extremist, and eventually violence.

Bridging to the next Step

In Tunisia, it needs to be a next step and this step is very much likely to be IT services. For those who tried to work there –like Bruno Walther, Founding Partner of CaptainDash- Tunisia was once a great country. There were plenty of highly skilled people very much willing to learn even more and completely open to new experiences and horizons. But at the end of the day, as soon as the business became significant, bribery came along and screwed-up all the business’ opportunities. In 2005, Bruno had to close up his company in Tunisia, dismissing all of its 50 workers.

Quite likely, these times are now over with the end of the Ben Ali era. Bruno went to Tunisia recently and was even more stunned by the know-how of its engineers and programmers than when he owned his IT company seven years ago.

Teaming up

If we really want these people to succeed, if we really believe that there is a piece of history that we can now build together, it is time to team up.

It would really make sense: France has a lot of leading IT-Services companies* and Tunisia has certainly the best workforce to that extend among all the Mediterranean countries, and even beyond.

Some would argue that giving-up some high-value piece of work to such low cost countries is just plain stupid, while France is already experiencing a high level of unemployment. Anyhow, this argument is just not valid: in the coding process of any complex system, there is already a split between the strategic coding and the less valuable works that are already outsourced in India or elsewhere.

It would be far better to organise this process with a country with which we share a common language, lots of history, and that has already a strong community in our own country. After a while the added value would go back and forth in both countries.

That was what the German organized immediately after the 1989 Revolution: while they where the leading country in manufacturing machine-tools and equipment, they understood that teaming up with the Czech, the Hungarian, and the Polish to organise a complete and powerful set of manufacturing network would be a powerful shield against the low-cost countries from the Far East. It now largely explains the German incredible economical competitiveness.

CaptainDash Settles in Tunisia

Captain is happy to announce that it has agreed to setup our ITdev in Tunisia. As soon as June 1st, we will have a working force of more than 10 people out there (see the following post). We hope that this will therefore share our part of the country’s development.

*CapGemini, Steria, Thales, Bull Cegid and lot more…